Victimes de l'anorexie à l'âge de cinq ans

 

Comment expliquer que de plus en d'enfants souffrent de troubles alimentaires ? Pour les experts de l'anorexie, le culte de la minceur influence même les tous petits.

On imaginait l'anorexie mentale comme une maladie réservée aux adolescents et aux jeunes adultes. Mais d'après des chiffres dévoilés cette semaine au Royaume-Uni, ce trouble de l'alimentation touche de plus en plus d'enfants, dès l'âge de la maternelle.  

Un inquiétant phénomène qui ne manque pas de faire réagir Karine Berthou, directrice de l'organisation londonienne de lutte contre les troubles de l'alimentationSucceed Foundation. "Dès l'âge de huit ans les petites filles ont accès à Internet, à des magazines et des émissions people qui montrent une forme de célébrité associée à la minceur. Elles intériorisent ces messages et se disent que si elles perdent du poids, elles deviendront des stars".  

Stopper à tout prix la puberté

"Je me souviens du cas d'une petite fille de huit ans qui avait décidé de concourir pour l'émission de téléréalité X-Factor", raconte Karine Berthou."Elle a décrété qu'elle voulait perdre une taille de jean. Elle ne se nourrissait plus que de concombres et de pommes. Quand ses parents l'obligeaient à manger, elle se faisait vomir..."  

Des chiffres alarmants au Royaume-Uni

D'après une étude rendue publique cette semaine par le système de santé britannique, près de 600 enfants de moins de 13 ans ont été traités à l'hôpital pour des troubles du comportement alimentaire ces trois dernières années. Ces chiffrent incluent 197 enfants entre cinq et neuf ans - les cas dans cette tranche d'âge ayant presque doublé sur la dernière année. 
Recueillies auprès de 35 hôpitaux anglais, ces statistiques montrent qu'au total plus de 2100 enfants ont été traités pour anorexie ou boulimie avant d'atteindre leur seizième anniversaire. Parmi eux, 98 petits entre cinq et sept ans et 99 entre huit et neuf ans. 
Un phénomène d'autant plus alarmant qu'il est susceptible d'être sous-estimé, certains établissements sondés ayant refusé de transmettre leurs données au NHS.  

Horrifiées à l'idée de grossir au moment de la puberté, de plus en plus de petites britanniques anticipent et arrêtent de manger pour stopper l'effet du temps sur leur corps. 

"Pro-ana"

Au-delà des facteurs génétiques, susceptibles de participer au déclenchement de l'anorexie, Karine Berthou relève aussi un manque de communication croissant au sein des familles reçues dans son association. "Ces enfants se sentent incompris par leurs parents. La plupart se tournent vers Facebook dès l'âge de huit ans, entrent dans une forme de rivalité basée sur l'apparence avec leurs copains, cherchent à séduire et à plaire".  

Comme leurs aînées, les anorexiques précoces sont capables de développer d'habiles stratégies pour leurrer leurs parents. Cacher la nourriture intacte sous une feuille de salade, étaler des miettes de pains sur la table pour mieux prétendre que l'on a pris un goûter... Tout les techniques apprises sur les sites "pro-ana" sont bonnes pour ne pas être découverte.  

Génération orthorexie

La France n'est pas épargnée par ce phénomène. "Nous voyons nous aussi des enfants pré-pubères dans notre consultation spécialisée en trouble du comportement alimentaire chez les moins de quinze ans", rapporte Catherine Doyen, pédopsychiatre aux hôpitaux Sainte-Anne et Robert-Debré et spécialiste de l'anorexie. "Sur les dix lits d'hospitalisation dont je dispose, cinq sont en général occupés par des enfants qui souffrent d'anorexie mentale avant l'apparition des règles. En consultation, j'en vois entre dix et vingt par an!" 


Campagne "no anorexia" photographiée par Oliviero Toscani en 2007.

Campagne "no anorexia" photographiée par Oliviero Toscani en 2007.


D'après la pédopsychiatre, le déclenchement de la maladie s'opère en général après une remarque désobligeante: "un professeur de danse qui dit à une petite fille qu'elle est enrobée, une moquerie des copains". Mais aussi lors d'une transition dans la vie d'un enfant: "le passage en classe de sixième, les moments de perte, comme le divorce des parents, ou le déménagement d'un ami".  

L'enfant décide alors de s'atteler à un régime ou bien restreint son alimentation de manière inconsciente : "Cela peut se manifester par la sensation d'un corps trop rempli, un mal de ventre, une nausée", précise le médecin. Survient alors une dangereuse plongée dans la privation alimentaire. Dépourvues de réserves de graisses, ces petites anorexiques se dénutrissent beaucoup plus rapidement que leurs aînées. Et frôlent d'autant plus vite la mort. 

 

Par Laura Thouny

 

 

Source: www.lexpress.fr

 

 

 

 

 

 

 



22/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres