Un quart de siècle

 

Ayé! J'ai 25 ans! Qu'est-ce que cela me fait? Rien...

 

Je pensais que 25 était un chiffre, un âge qui marque, mais non. Cependant, je vois les 30 ans arriver, et là, ca me fait quelque chose. Je me dis qu'il me reste 5 ans pour établir de vraies bases à ma vie. Aujourd'hui, ma vie ressemble plutôt à un chantier en friche, un chantier dont la construction aurait été stoppé il y a quelques années, laissé à l'abandon, attendant qu'on le reprenne en main pour y construire quelque chose, peut importe quoi, pourvu que ca tienne debout, que ce ne soit pas branlant, et surtout que ca incite les gens qui passeraient devant à y entrer. Ce serait une construction solaire, pleine de couleurs et de vie, ce serait MA vie.

 

Le temps passe, donc, et moi je stagne. J'ai peur d'arriver à un certain âge, et regardant derrière moi, penser "j'aurais dû", comme un mantra inutile. Alors voilà, je constate, je constate que j'en ai des choses à faire, à dire, à vivre pour éviter le coup d'oeil dans le rétro reflétant un désert. Mais du constat il faudrait passer à l'action, et c'est là qu'est le gros oeuvre. Le début d'un chantier c'est toujours long. Il faut poser les bases, ca prend du temps, et puis malgré des plans d'architectes, on sait que le résultat ne collera jamais à 100%, il y aura probablement des déviations à faire, des ajustements à apporter. On ne sait pas tellement combien de temps cela prendra, ca dépend de la motivation et de l'energie du maître d'oeuvre, mais on compte sur une évolution positive du chantier pour donner force et coeur à l'ouvrage.

                                                 

 

 

 

 



16/06/2010
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres