TCA chez le sportif

  

 

Objectifs

 

Le but de notre protocole était d'évaluer la prévalence des troubles du comportement alimentaire dans une population de sportifs(ves) pratiquant un sport individuel ou collectif à un niveau national et d'évaluer l'influence éventuelle du perfectionnisme, de l'estime de soi ainsi que de l'estime corporelle dans l'apparition de ces troubles.

  

Matériel et méthodes

 

La population était composée de 127 sujets (96 sportifs[ves]) et 31 sédentaires. La prévalence des troubles du comportement alimentaire a été évaluée à partir du Eating Attitudes Test (EAT-26). Le perfectionnisme a été évalué au moyen de l'échelle multidimensionnelle du perfectionnisme. Les échelles d'estime de soi et d'estime corporelle ont également été utilisées. Un questionnaire autoadministré a été distribué à l'ensemble des participants et a permis de collecter des informations concernant l'entraînement, les habitudes alimentaires, l'histoire menstruelle.

  

Résultats et discussion

 

Dix-neuf pour cent des sportives de notre étude atteignaient le seuil critique du EAT-26. La prévalence de développer des troubles du comportement était plus élevée chez les cyclistes (30,7 %), les judokates (25 %), et les gymnastes (22,3 %) que dans le restant de la population d'étude. Les basketteuses, les sédentaires filles ainsi que les hommes (sportifs ou sédentaires) ne présentaient pas de risque de développer des troubles. 33,1 % de sportives présentaient des troubles du cycle, le pourcentage le plus important étant retrouvé chez les sportives qui atteignaient le seuil du EAT-26 (> 20) [71,4 %] contre 27,7 % chez les sportives ayant un score du EAT-26 inférieur à 20.

  

Conclusion

 

La prévalence des troubles du comportement alimentaire serait plus importante chez les sportifs (hommes et femmes confondus) que chez les sédentaires, plus importante chez les sportives que chez les sportifs, et plus importante dans les sports à catégorie de poids ou les sports où l'esthétisme prime. Le risque de développer des troubles augmenterait lorsque le perfectionnisme orienté vers soi serait élevé et la satisfaction de son poids faible.

 

 

Source: www.sciencedirect.com

 

 

 

 

 

 



16/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres