Rien que du vieux

 

 

 

 

Je continue de manger n'importe quoi n'importe quand, mais hônnetement en ce moment je suis dans une phase ou je m'en fous...Je continue de me cacher sous mes robes informes pour cacher mon ventre et mes cuisses qui ne cessent de s'arrondirent, sans parler de mes fesses qui ressemblent de plus en plus à celles d'une africaine.

Cela ne veut pas dire que je m'accepte, seulement que j'ai relégué mon obsession de la perfection corporelle au second plan. C'est une bonne chose j'imagine, et pourtant je ressens un vide. Pas un vide abyssal comme ca a pu être le cas par le passé, mais plutôt un manque, comme si la voix qui me chuchotait à l'oreille de ne pas manger ou de me goinfrer ou je ne sais quelle bêtise encore était partie en vacances. C'est comme un espace dans mon esprit qui serait de nouveau libre, inoccupé, et qu'il faut que je comble par autre chose...

Et le fait est que, depuis que cette partie de moi est partie en vacances, je me remets à penser à l'avenir. Je me renseigne sur des formations, je lis les offres d'emploi, je me ronge les sangs en voyant mon compte en banque toujours plus vide, etc...Bref, je me rend bien compte en ce moment de la fonction des TCA, c'est l'arbre qui cache la forêt. La maladie prend toute la place, mais finalement on l'accepte puisqu'elle nous permet de ne pas penser à nos problèmes et tourments. Et dès qu'elle s'en va, ils nous reviennent tous en pleine poire, et c'est un constat accablant de ma vie morne, routinière et sans issue qui vient m'écraser comme un énorme rouleau d'écumes chaque matin au réveil...Il faut que je me sorte de là...          

                  

 

 

 

 



17/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres