Etats dissociatifs

 

 

Une des notions à aborder dans l'approche des troubles alimentaires concerne les états dissociatifs. Les phénomènes dissociatifs sont présents chez chacun de nous : quand un refrain nous vient inconscient, lorsque l'on rêve ou lorsque l'on est absorbé par une activité par exemple. Mais au-delà d'un certain seuil, les mécanismes de l'individu mettent en place la dissociation pour échapper à une réalité. Par exemple, un enfant s'absorbera dans un film à la télé pour échapper à une scène de ménage ou de violence de ses parents. Même si les troubles alimentaires ne sont pas classés dans les troubles dissociatifs, le phénomène de dissociation y joue un grand rôle, générant ou chronicisant le trouble. 

 

Voici un panorama des phénomènes dissociatifs (M. Phillips / Psychothérapie des états dissociatifs / Satas) 

 

 

Ces parties traitant du traumatisme apportent nécessairement des informations sur la genèse et la remise en cause d'un trouble alimentaire. Leur intérêt est également de mettre en évidence une conséquence du vécu traumatique qui semble importante dans l'approche du trouble : les phénomènes dissociatifs.

 

Comment se mettent en place des phénomènes dissociatifs inadaptés au bien-être ?


Ce processus est issu d'une desynchronie : le système cognitif qui permet de traiter l'information (de réfléchir, rationaliser, conceptualiser ce que nous vivons…) met quelques années à structurer (on parle par exemple de l' »age de raison », à 7 ans parait-il). Par contre le système des émotions fonctionne dès la naissance. Ainsi, un jeune enfant ne va pas avoir tous les moyens d'un adulte pour s'adapter à la réalité qu'il est en train de vivre. Face à un traumatisme, il va se paralyser (« comme un petit animal »). Le rythme alimentaire va être un des seuls éléments sur lequel le jeune enfant va pouvoir influer. On retrouve ces deux éléments dans le trouble alimentaire, moment ou le temps s'arrête et ou le rythme alimentaire s'intensifie. Un conditionnement s'est mis en place : certaines situations, stimuli divers vont provoquer état dissociatif et crise boulimique, entre autres. 


 

La dissociation constitue donc une stratégie mentale d'évitement : « la réalité est difficile, je me coupe de la réalité ». Une partie de la personne se déconnecte, phénomène qui peut par exemple se mettre en place pendant une période de stress chronique ou une situation traumatique. On retrouve fréquemment ce modèle des parties dans les troubles alimentaires avec des propos de type : « C'est comme si une partie de moi… ». Nous possédons tous des parties qui forment en inter-relation ce que nous sommes. Il y a dissociation quand des parties se scindent, ne communiquent plus ou moins avec le reste de la personne et la réalité qui l'entoure. La difficulté et l'échec des thérapies des addictions ou des troubles alimentaires résident entre autres dans le fait qu'en thérapie, on dialogue avec la partie de la personne ouverte au changement, non avec celle qui s'y oppose ou du moins traîne les pieds. De même, les stratégies conscientes (dont les régimes pour les hyperphages) s'adressent à la partie qui émerge non à la partie à l'origine du problème. Et si un changement alimentaire sous forme de contrôle cognitif, de restriction se met en place, c'est au mépris de cette partie immergée et donc au détriment de l'équilibre de la personne. Cela ne peut donc être que difficilement stable et durable. 

 

 

Source: www.troublesalimentaires.org

 

 

 

 

 



16/06/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres